︎BIO

NINA VALLON (1983) est une chorégraphe / curatrice / danseuse suisse/brésilienne basée à Paris. Elle se forme au Ballet Junior de Genève puis au sein de la formation européenne pluridisciplinaire D.A.N.C.E* ainsi qu’en Etudes Visuelles à l’Université de Toulouse Jean Jaurès (master).  Elle étudie également le piano au Conservatoire populaire de Genève et le théâtre.

Elle collabore ensuite avec différents artistes notamment Prue Lang, Vanessa Le Mat, Ioannis Mandafounis, Aoife McAtamney rejoignant The Forsythe Company en 2008. Elle commence à chorégraphier dès le début de sa carrière créant autant des pièces pour plateau que pour l’espace muséal ou urbain dans une approche transversale de la chorégraphie.

Basée à Francfort entre 2007 et 2014, elle se consacre, en parallèle de son activité artistique, à la mise en place d'infrastructures pour le développement de la danse contemporaine et son introduction hors des contextes théâtraux conventionnels. En 2009, elle fonde en collaboration avec Norbert Pape et Kristina Veit, le ROUGH CUTS Festival, puis un lieu transdisciplinaire de production, recherche et création dans le spectacle vivant le Z_Zentrum (2012) ainsi que plusieurs résidences d’artistes. https://id-frankfurt.com/

Elle assume jusque fin 2013 la codirection de ces différents projets avant de venir s'installer en France et intégrer comme interprète la compagnie K622 - Mié Coquempot. En parallèle de son activité artistique, Nina enseigne la danse classique et différentes méthodes de composition et d’improvisation.

Nina développe aujourd’hui son activité de création privilégiant les collaborations avec d’autres artistes et le croisement entre les disciplines. En 2019 elle crée Score #1 récital, en collaboration avec le pianiste Aurélien Richard et EGG CHARADE . THE WORLD WAS ON FIRE est sa prochaine création.

Nina Vallon est accompagnée par le Paris Réseau Danse, le dispositif Danse Dense pour l'émergence chorégraphique et est artiste compagnon au Manège scène nationale Reims sur la saison 20-21. Sa compagnie, As Soon As Possible, est basée à Paris.


*D.A.N.C.E était une formation pluridisciplinaire dirigée par William Forsythe, Wayne McGregor, Angelin Preljocaj et Frédéric Flamand.


//


MARINE COLARD est une artiste pluridisciplinaire.

Elle se forme en tant qu’artiste interprète, au Laboratoire de Formation au Théâtre Physique dont elle sort diplômée en juin 2016. Durant son cursus, elle collabore notamment avec les metteurs en scène Lorraine de Sagazan, Alexandre Zeff, Thomas Bouvet et Ricci/Forte. Souhaitant poursuivre une recherche autour du mouvement, elle se forme à la danse contemporaine dans plusieurs villes Europe (Peter Goss à Paris, à l’école SNDO à Amsterdam, ainsi qu’avec Maxence Rey, Vincent Dupont, Sylvain Prunenec, Florent Maoukou, Dominique Brun).

Après avoir fait du piano et du chant, elle se forme en autodidacte à la musique assistée par ordinateur et créé des pièces sonores pour la chorégraphe Maxence Rey, la compagnie Kubilai Khan Investigations et la Boite à Outils. Dans le cadre des Rencontres Chorégraphiques de Seine-Saint-Denis, Marine mène de novembre 2016 à janvier 2017 des ateliers avec une vingtaine d’adultes et crée Sound of Esperanto, création mêlant travail sonore et travail de chœur, ainsi que plusieurs parcours sonores et chorégraphiques en partenariat avec le Centre Paul Coudert et la Médiathèque de Bagnolet.

Aujourd’hui, Marine travaille en tant qu’interprète et musicienne mais aussi en tant que porteuse de projets et metteure en scène: «Notre Faille» est la première création de sa compagnie, Petite Foule Production, une étape de travail sera présentée le 30 mars dans le festival Artdanthé au théâtre de Vanves.

Nina et Marine travaillent ensemble sur plusieurs projets de création, en étroite collaboration.

//

FRANÇOISE MICHEL
Après des études de géologie, c’est au cours d’une formation en régie au Théâtre National de Strasbourg dirigé alors par Jean-Pierre Vincent que Françoise Michel découvre la lumière et la mise en scène.

Plus tard, elle rencontre la danse avec Odile Duboc. Les notions de mouvements, de lignes, de formes lui parlent, et elle voit dans l’univers chorégraphique un terrain où la lumière peut s’écrire comme une mise en scène. C’est le début d’une longue collaboration sur la conception et la réalisation des spectacles qu’elles feront ensemble, au sein de l’association Contre Jour qu’elles fondent en 1983, puis au Centre Chorégraphique National de Franche-Comté à Belfort à partir de 1990 jusqu’en 2008.

Elle a aussi travaillé avec de nombreux chorégraphes (Georges Appaix, Josette Baiz, Ydeyuki Yano, Francine Lancelot, le groupe Dunes, Mark Tompkins, Daniel Larrieu, François Raffinot, Emmanuelle Huynh, Kader Attou, Daniel Dobbels, Mié Coquempot, Emmanuelle Vo-Dinh, …Olivier Renouf, Thomas Lebrun) - et metteurs en scène de théâtre et d’opéras (François Chattot, Valère Novarina, Marc Bermann, Hélène Vincent, Denis Loubaton, Jean-Claude Bérutti, Lambert Wilson, Bartabas, Yoshi Oïda, Dagmar Pischel, François Berreur, …)

De 2011 à 2017, elle crée les lumières de Danse en amateur et répertoire manifestation initiée par le Centre national de la danse. Elle s’engage auprès de nouveaux chorégraphes et metteurs en scène comme Louis Barreau, Sébastien LY, Constance Larrieu, Didier Girauldon….

Françoise rencontre Nina Vallon lors de la création de 1080 - Art de la Fugue de la chorégraphe Mié Coquempot pour laquelle Nina est interprète.

Nina et Françoise collaborent sur plusieurs projets de création.

//

PAULINE ZENK
Née en 1984 à Marburg (Allemagne). Diplômée de l’Académie des Beaux-Arts de Kiel. Vit et travaille à entre Berlin et Toulouse.

“Les peintures de Pauline Zenk sont semblables à un souvenir oublié qui refait soudainement surface pour disparaitre aussitôt.  Il ne reste alors des images que des persistances rétiniennes gravées dans nos mémoires.

On reconnaît un lieu, une personne ou une situation qui rythme nos existences, même si de mystérieuses zones blanches subsistent. Dans les peintures de Pauline Zenk, ce sentiment est évoqué par un point noir, les zones floues d’une image ou des yeux bandés.

Sensible aux lieux, aux personnes et aux traditions, Pauline fait resurgir des histoires et des images profondément enracinées dans la mémoire collective. Elle est inspirée par des photographies, medium permettant de figer un instant et qui sombrera ensuite dans l’oubli. Mais l’appareil capture une scène sans pour autant saisir la pleine signification du moment. Pauline réinterprète ces instants éphémères, ces moments gelés dans le temps par la photographie à sa façon et leur donne un nouvel écho, éternel.

Les peintures elles-mêmes – d’où émane une grande tranquillité – semblent libérées de toute impermanence et sont intemporelles, comme ces journées où un soleil aveuglant ralentit tout mouvement.

Au début de sa carrière, l’artiste a travaillé avec des imaginaires opposés, mêlant des photographies de sa propre famille, de son enfance, avec des images de personnes anonymes trouvées sur les réseaux sociaux. Durant ces dernières années, les voyages et les résidences l’ont conduite en Italie, au Brésil, en Colombie et maintenant en Bretagne – où elle a poursuivi sa collecte d’histoires et de photographies.”

Dr Katharina Knacker, historienne d’art

Pauline a exposé au MRAC (Serignan), à Lieu-commun (Toulouse), à Produzentengalerie (Hamburg), à la Ventana Galerie (São Paulo) et elle a réalisé plusieurs résidences: Ateliers de Plessix-Madeuc (Bretagne), Friche de la Belle de mai (Marseille), Taller 7 ( Medellin, Colombie) et au Estudio Lamina (São Paulo).

Elle est représentée par la galerie le Confort des étranges à Toulouse et la Produzentengalerie à Hambourg.

www.paulinezenk.com

//


MARGAUX HOCQUARD grandit au sein de la compagnie itinérante «the Foostbarn theater», son enfance est rythmée par les tournées en caravane en Europe et en Inde.

Elle se passionne rapidement pour la scénographie et se forme à Paris à l’ESAA Duperré en BTS design d’espace en 2013 suivis d’un Erasmus à l’École des Beaux-Arts de Varsovie et à l’ENSBA de Lyon en 2016.

Sa pratique oscille entre le monde de l’art et celui du spectacle, elle travaille pour des compagnies émergentes comme scénographe, mais aussi comme assistante et constructrice pour les artistes suisses « les frères Chapuisat » depuis 2017 ou l’atelier de construction CHD art maker depuis 2018.

C’est au cours d’un des chantiers avec les frères Chapuisat qu’elle rencontre Nina vallon, les liens se tissent et l’envie de travailler ensemble émerge rapidement.

//


AUDE DESIGAUX s’est formée à L’ENSATT au sein des départements costumier Coupeur puis Concepteur.

Au théâtre elle travaille avec les collectifs Os’O et Traverse et les metteurs en scène , Thomas Bouvet, Pascale Daniel-Lacombe, Jean-Claude Grumberg, Baptiste Guiton, Pauline Laidet, Shady Nafar, Christophe Perton, Sylvie Peyronnet.À l’opéra, elle signe une création costumes pour l’Atelier Lyrique de l’Opéra de Paris. Elle assure les créations costumes de quatre opéras mis en scène par Claude Montagné pour le festival de Sédières. En avril 2019 elle signera les costumes des Enfants du Levant, mis en scène par Pauline Laidet pour la maîtrise de l’Opéra de Lyon.

Pour la danse, elle a travaillé avec Frédéric Cellé, Rachel Matéis, Farid Berki et assuré la recréation des costumes d’un ballet de Merce Cunningham pour l’Opéra de Lyon.

Elle a travaillé également comme chargée de production costumes sur une production de Robert Hossein, et des opéras de Macha Makeïeff, Laurent Pelly et David Marton.

Aude et Nina travaillent ensemble sur plusieurs projets de création.

//


ADELINE FONTAINE est née en Sarthe dans une famille d’agriculteurs. Grâce à une publicité dans la boîte aux lettres, elle s’inscrit à un cours de danse classique et y restera de ses 8 ans à ses 18 ans. Elle pratique parallèlement le violon pendant 6 ans.

A 18 ans, elle entame des études de philosophie à La Sorbonne puis s’en détourne 3 ans plus tard, après sa licence, pour se former à la danse contemporaine aux Rencontres Internationales de Danse Contemporaine (R.I.D.C.) à Paris.

Elle poursuit sa formation à Toulouse en intégrant EXTENSIONS (2014-2016) au Centre de Développement Chorégraphique National où elle travaille notamment avec Jeanne Candel, Lionel Gonzales, et Daniel Linehan pour des créations.

Elle y rencontre Marta Izquierdo Munoz qu’elle rejoint pour la création IMAGO GO en 2018 ainsi que sa prochaine création en 2020 GUÉRILLÈRES.

Depuis 2016, elle se construit également comme comédienne auprès de Nabih Amaraoui, Éric Didry, Oscar Gomez Mata, Federico Leon, Jacques Bonnaffé lors de stages, ainsi qu’avec Georges Campagnac au laboratoire de recherche mensuel Épris d’Incertitude initié par le groupe MERCI à Toulouse. Adeline a été comédienne trois ans pour la compagnie de théâtre Merversible. Passionnée par la dramaturgie, elle a également assisté à la dramaturgie leur création PÉNICHE BY NIGHT.

Elle travaille avec Nina Vallon / ASAPROD pour les pièces EGG CHARADE (recréation 2019), SCORE 1# RÉCITAL (2019), et THE WORLD WAS ON FIRE (création 2020).

Elle développe actuellement un travail personnel à la frontière entre le théâtre, la danse et la performance. Elle créé en 2017 un solo : LIDO, et écrit actuellement avec le comédien Alexis Ballesteros un duo : JANVIER, prévu pour le printemps 2020.

//

FLORA ROGEBOZ
Originaire de Pontarlier (25), Flora se forme au conservatoire de sa ville en danse classique et jazz. Elle poursuit ses études au conservatoire de Besançon et Paris en danse contemporaine. Diplômée en 2006, elle collabore pour différents artistes, notamment la compagnie Gianni Joseph, Marion Ballester/compagnie AoxoA, compagnie Asymbolie, Romeo Castellucci/compagnie Societas, Mira Loew (Londres), compagnie Longuelouve et Pat Catterson (New York).

Depuis 2013, elle est interprète au sein de la compagnie du Centre National de Danse Contemporaine d’Angers dirigé par Robert Swinston où elle participe à toutes les reprises de répertoire des pièces de Merce Cunningham. Après de nombreuses tournées en Europe et USA, elle danse pour le film Cunningham (2020) d’Alla Kovgan et prend part au Cunningham Centennial en 2019.

Flora est également sollicitée pour des projets publicitaires et événementiels divers (Lacoste, Hermès, Glück…)

Diplômée d’état de professeur de danse contemporaine et également du 2ème cycle supérieur en écriture du mouvement système Laban (CNSMDP). Elle a rédigé des partitions de chorégraphes tels Philippe Découflé, A-T de Keersmaeker, Mickaël Jackson… Elle a remonté un duo extrait de Désert d’amour du chorégraphe Dominique Bagouet pour le conservatoire d’Istres, présenté à Klap (Marseille) en 2012.

Flora est régulièrement invitée dans différentes structures professionnelles et amateurs (CNDC, CNSMDP, CND de Lyon, CCN Montpellier et Roubaix, écoles de danse …) à donner des masterclass et atelier ainsi que des interventions de sensibilisation pour divers publics.

Flora travaille avec Nina Vallon sur THE WORLD WAS ON FIRE en qualité d’assistante chorégraphique ainsi que sur la reprise du solo ON THE FIRST COUNTERPOINT, en tant que notatrice Laban.

//


MARGAUX AMOROS est danseuse et comédienne. Elle se forme au conservatoire Erik Satie Paris 7 et suit l’enseignement des chorégraphes et pédagogues Nadia Vadori Gauthier (BMC), Robert Hayden et Eléonore Valère (cie

Ultima Vez), Julyen Hamilton et Maya M Carroll (composition instantanée) Florence Augendre (cie les ballets c de la b).

Elle est actuellement en formation de Body Mind Centering pour son approche expérimentale de l’anatomie du corps en mouvement.

Elle fonde en 2009 la compagnie Abscisse et Ordonnée avec Cécile Brousse et créé 3 pièces chorégraphiques : Passe moi la gaffe, Saudade et Plan d’évasion qu’elles présentent dans plusieurs festivals en France et en Suisse. En partenariat avec l’école d’art Sandberg Instituut à Amsterdam, elles organisent régulièrement des laboratoires de recherches avec les étudiants du master the immediate space autour de la création scénographique et chorégraphique en temps réel.


Depuis 10 ans, elle travaille avec le Corps Collectif dirigé par Nadia Vadori Gauthier avec qui elle créé de nombreuses performances notamment la Meute, Le crépuscule des baby-dolls et le cycle de preformances/rituels That’s alright mama.

Elle collabore pendant 5 ans avec la compagnie L’Ame de Fonds en suisse avec qui elle créé des pièces en composition instantanée.

Depuis 2016 elle travaille avec la compagnie Présomptions de Présences - Marie Desoubeaux pour la création du solo Rester et la pièce Après tout elle faisait preuve d’une patience minérale. Elle fait partie de la distribution de Fin et Suite, la nouvelle création de Simon Tanguy qui sera présentée à Paris au théâtre de la Ville en septembre 2019.

The World Was On Fire est sa première collaboration avec la chorégraphe Nina Vallon au sein d’As Soon As Possible.


//

ARRIELLE CHAUVEL-LEVY
Née en 1986 à Paris, Arielle Chauvel-Lévy poursuit d’abord des études de Lettres Modernes avant de s’installer à Berlin et de s’y former à la danse. De ces années en Allemagne, elle revient avec un intérêt particulier pour le travail de composition instantanée. Elle collabore avec de jeunes chorégraphes en France et en Allemagne et participe aussi à deux créations de Roméo Castellucci et Cindy Van Acker pour l’Opéra de Paris et celui de Munich. Par ailleurs, elle se forme à la pédagogie et est diplômée du DE de danse contemporaine.

//


YASMINEE LEPE est née en 1982 en Patagonie chilienne. Artiste polyvalente, ses collaborations artistiques croisent les univers de la danse, du théâtre, des arts de la rue, de la performance, de la danse verticale, de la vidéo expérimentale et de la création de costumes.
Elle se forme au Conservatoire National d’Art de Santiago del Chili où elle obtient la bourse Barbe Uribe octroyée à l’excellence académique, puis obtient le diplôme d’état d’interprétation en danse à l’école Karen Connolly ainsi que la certification du Ministère d’Éducation comme professeur en danse.
En 2009, elle joue le premier rôle dans le spectacle « Pies Pa Volar » de la Compagnie de Papel (gagnante du prix Altazor de la meilleure chorégraphie) et dirige « Projet ON », gagnant du Fond’art Nacional de création et de production en Danse.

Elle quitte définitivement le Chili en 2010 pour travailler avec la compagnie franco-chilienne Teatro del Silencio  dirigée par l’un des plus grands metteurs en scène chiliens, Mauricio Celedón. D’abord comme danseuse/comédienne puis comme chorégraphe depuis 2014.

En France, elle est interprète pour différentes compagnies dont Retouramont (danse verticale), Beaux Gestes (Dominique Boivin), Karine Saporta, l’Opéra National de Paris et dernièrement pour la cie Liminal (Aurélien Richard) dans le solo « Enfer ».

En 2018 elle co-écris avec Mathieu Neumann et Remi Alegre « Cristal palace » pour la Cie Transe Express (créateurs de l’art céleste) avec laquelle elle tourne actuellement en France et à l’international  notamment au sein de grands festivals des arts de la rue comme le Festival International des Arts de la rue d’Aurillac, la Fête de la Lumière à Chartres, Éclats de Rue à Caen mais aussi au Kimmel Center en Philadelphie suivent Madrid,  Londres, Sotteville-lès-Rouen, Tours, Calais, Orly, St Nazaire, Dijon ....

Aujourd’hui, elle continue de travailler avec des compagnies de danse et de théâtre, dirige différents projets chorégraphiques pour le plateau et l’espace public, des installations, des vidéos-danses et des performances.

The World Was On Fire est sa première collaboration avec la chorégraphe Nina Vallon au sein d’As Soon As Possible.

//

INÊS SOFIA CARDONA PARRAest née en 1997 à Medellín, Colombie. À 5 ans elle commence sa formation en danse. Principalement en danse classique, mais aussi en danse contemporaine et en danses traditionnelles de Colombie, elle suit un entraînement régulier et intense. En 2016 elle arrive en France pour intégrer l’école supérieure du CNDC d’Angers, où elle obtient un DNSPD en 2018. Elle poursuit ses études à l’université Paris 8, où elle obtient une Licence en Danse en 2019, et au CNSMDP où elle suit la formation en notation de mouvement Laban. Elle a travaillé avec Ambra Senatore et le collectif MapaSo. Elle est actuellement artiste en résidence à la Cité Internationale des Arts et à la Métive.


//

As Soon As Possible Productions is directed by Swiss freelance choreographer/curator/dancer Nina Vallon (1983) .

Nina trained at Ballet Junior de Genève, followed by the interdisciplinary programm D.A.N.C.E. directed by William Forsythe, Wayne McGregor, Angelin Preljocaj and Frédéric Flamand. Eshe owrked together with following artists and choreographers Fabrice Mazliah, Foofwa d’Imobilité, Prue Lang, Vanessa Le Mat, Ioannis Mandafounis, Aoife McAtamney, Raman Zaya, Gabi Schillig, Anouk van Dijk, Anka Schmid, Alias Compagnie… before joining The Forsythe Company in 2008.

Based in Frankfurt between 2007 and 2014, she worked on the implementation and the development of structures and infrastructures for dance, bringing it outside the black box of the theaters and into museums, galleries etc. with Projekt Troja, for instance. She created, together with Norbert Pape and Kristina Veit the ROUGH CUTS Festival, the Z_Zentrum for artists residencies and productions. She co-directed these projects up until 2013 before moving to France. She has created a long list of choreographic works, as much for the black box as for museums, galeries or site specific.

Nina worked together with several institutions teaching classical dance and different improvisation and composition techniques (Forsythe Improvisation Technologies for example). She currently works together with different french companies on several creations and touring, and keeps creating new works of her own, as well as curating exhibitions on a European level.



Mark